Eurotunnel se refait une virginité

eurotunnel

En termes pudiques, Eurotunnel annonce son nouveau nom en le justifiant par l’entrée dans « une nouvelle ère d’infrastructures de mobilité ». Sic.

logo eurotunnel
logo_Getlink

Avec ce changement de nom, le groupe veut surtout faire oublier les déboires de ses 20 premières années. Pour rappel, lors de l’entrée en Bourse d’Eurotunnel en 1987, avant le premier coup de pioche pour la construction du tunnel, des centaines de milliers de petits actionnaires avaient acquis des actions qui étaient alors vantées comme des placements de bon père de famille. Mais les prévisions de trafic attendues n’ont pas été atteintes. Le tunnel a finalement été inauguré en 1994, mais en 2002, l’action, introduite pour la première fois à 35 francs (5,34 euros), ne valait plus que quelques centimes d’euros. Assommé par une dette colossale, déchiré par des querelles entre direction et actionnaires, le groupe avait même vu la cotation de son action suspendue plusieurs mois, jusqu’à ce qu’un accord de restructuration financière soit trouvé dans la douleur et finalisé en 2007, premier pas vers la résurrection. Le groupe a ainsi versé son premier dividende en 2009 (4 centimes par action), alors que les premiers versements étaient initialement attendus dès 1997.

logos groupe

Getlink regroupe les activités des marques commerciales Eurotunnel, Europorte, premier opérateur privé de fret ferroviaire en France, ElecLink, future interconnexion électrique entre la Grande-Bretagne et la France via le tunnel sous la Manche, ainsi que CIFFCO, premier centre de formation privé dédié aux métiers du ferroviaire.

Changer de nom pour rebondir, un cas d’école assez classique, même si cela ne doit pas nous faire prendre des vessies pour des lanternes, comme nous le disions dans l’article « Le naming, nom d’une pipe ».